Priez pour nous, pauvres pêcheurs, maintenant et à l’heure de notre mort

0 commentaires
Laetitia Beaumel a 29 ans, 
elle est herboriste, écrivaine, 
bref, elle aime la vie et l'écriture, 
la capture le temps d'un clic sur l'écran insensible 
de son ordinateur.

Mais surtout, elle a trois 
enfants qui lui rappellent qu'écrire, 
c'est trouver une utilité à chaque seconde 
non employée.

Paix à son âme.

Mais c’est-y pas Dieu possible, ça… Faut don’ avoir point de tête! 

Voilà, ça, c’était Marie, 82 ans et demi, bas de contention beiges et heureuse pensionnaire de la chambre 26 depuis presque un mois. Marie, c’était la Miss Résidence Les Oliviers, la plus hot de toutes les mémés du premier et du deuxième étage réunis. Après quelques jours en mode observation et discrétion, elle s’était mise à dire tout haut ce qu’elle avait jamais osé penser, même tout bas. Et on peut dire qu’elle manquait pas une occasion de taquiner Lara, qui venait de se planter de couloir pour la troisième fois avec son macchabée tout frais pas cher sous le drap, devant l’œil ébahi d’un parterre d’impotents avachis devant la télé du foyer. Pourtant y’en avait pas cinq, des couloirs, pas dix… Y’en avait deux. Faut dire que la pauvre Lara avait passé sa première semaine d’aide-soignante à mélanger sachets de thé et poches de soluté, noms des vieux et noms des vieilles, étage 2 aile gauche et deuxième aile à gauche en haut des escaliers et surtout, surtout, à agacer Marie au plus haut point. Dieu sait que c’était pourtant pas bien compliqué... 

__ À gauche, ça s’en allait tout droit à la salle qu’on disait de « refroidissement ». C’était Maïté, l’infirmière en chef, qu’avait baptisé ça comme ça. En fait, c’était pas vraiment une idée à elle, mais elle avait trouvé ça drôle alors c’était resté. Fallait bien rire un peu... Comme pour chaque nouvelle qu’arrivait dans le service, Maïté avait fait faire le tour du proprio à Lara, dix minutes montre en main. À l’embranchement des deux couloirs, avait juste jeté un coup de tête à gauche en direction de LA porte, celle que personne voulait passer. Une porte blanche avec une grosse barre-poussoir au milieu, et un petit carré opaque en verre épais en guise de fenêtre.
__ Pas besoin de faire un dessin. C’était là qu’y fallait les mettre, les vieux, quand ils arrivaient enfin auprès du Grand Boss, comme disait Jean-Pierre. Jean-Pierre, c’était le diacre attitré de la maison de retraite¬ – une résidence chic, Les Oliviers. Mme Martineau avait absolument tenu à l’embaucher devant le nombre croissant d’extrêmes-onctions réclamées mais non comblées avec lequel elle se retrouvait chaque année sur les bras. Trois dossiers et une subvention plus tard, on avait Jean-Pierre. Enfin bref, c’était pas du tout la même histoire. Allez hop, au boulot ma p’tite.
__ À droite, ben... On savait pas trop. Y’avait juste eu une drôle de rumeur pendant le dernier mois, comme quoi le type de la chambre 54 aurait pas vraiment cané... Comme quoi y se serait fait la malle. Comme quoi les infirmières y auraient vu que du feu. Alors y’a eu Ernesto qu’a bien essayé de savoir, lui, si c’était pas des conneries. Il était peut-être trop gâteux pour que Dr Larue lui accorde un p’tit rab sur ses deux mois à vivre, mais fallait voir, ça pouvait l’intéresser, hein, de prendre la clef des champs avec autre chose que la seringue de T-61 qu’il se gardait sous le coude. Avait même tiré une croix sur la tarte au citron du vendredi pour aller jeter un œil, avant que le troupeau des éclopés et des moustachues ne remonte de la cafèt’.
__ Au bout du couloir, y’avait la même porte que celle par laquelle il passerait un jour, sauf que ça puait pas. Même que c’était marqué SORTIE DE SECOURS, en gros, en vert, en lumineux, comme à la pharmacie.
__ Pousser la barre. Laisser la porte couiner un peu. Et puis, ben,... en rester comme deux ronds de flan. Regarder la campagne. Se dire qu’à, quoi?, 10 mètres du poste de télé où ils étaient déjà tous morts, on se retrouvait des gravillons sous les semelles, devant un sentier qui frayait entre les cuisses ouvertes d’un bout de grillage.
__ C’était aussi simple que ça. Et c’était trop beau. 

Alors avait pris Marie à part. Lui avait parlé de tout, à cause du jour des quenelles lyonnaises, de la soupe, de la compote, et puis boum, du coup de foudre.
__ Revenait ce jour-là d’un ixième trip à l’hôpital. N’avait pas eu le bonheur de la rencontrer avant. Sacrément dommage... 86 ans à avoir raté ça...! Marie avait rougi, rougi – reflets de sauce tomate? S’était trouvée toute bête devant ce grand monsieur maigre avec ses yeux noirs, ses mains fines, ses rides adorables dans un grand cou palpitant. Avait mis ça sur le compte de sa tachycardie. Mais le laissait déjà lui lire Leopardi, le lendemain, sous le sureau du jardin.
__ Ernesto avait voulu qu’elle aime. Pis qu’elle lui parle de Marie.
__ En fait, y’avait pas grand-chose à dire : 1964, jour de ses 21 ans. Jupe courte en tulle bleu. Avait ouvert le portail, traversé la rue. Causette matinale avec son oncle, le boulanger. Un gars était venu du bar d’en face se chercher un croissant.
__ Était reparti avec elle en l’enlevant presque à ses parents pour l’épouser quinze jours après. The end.

Et puis ça avait été ça, la vie de Marie Kervellec. Jacques et elle, pendant 52 ans, tous les matins que Dieu avait faits. Avait idolâtré Jacques, le nez de Jacques, la bouche de Jacques, les épaules saillantes de Jacques, les pantalons crème de Jacques. Avait aussi pleuré ces étés pas toujours tendres de camping sauvage dans le bois familial avec leurs trois marmots, tous des garçons. Ça en avait fait, des chaussettes à repriser, des en cas au pâté à préparer et des coups de pied au cul du père à consoler. 
__ Aujourd’hui elle profitait enfin de Marie, faut comprendre. Quand Jacques était mort, ça avait été dur, c’est sûr, mais... elle était devenue libre.
__ Alors non merci, c’était gentil, mais les escapades en amoureux, ça serait pas pour tout de suite. 

Pis comprendre trop tard qu’Ernesto sera pas là ce soir. Qu’y sera même plus jamais là. Que Lara pousse la civière dans le mauvais couloir.
__ Et prier pour que le drap respire...

Unknown

Suis-nous partout

0 commentaires:

Publier un commentaire